Pages

dimanche 12 juin 2011

En berline à Berlin (Part 2)





Hello !

Je suis toujours en contrée teutonne, où il fait doux vivre et souvent très chaud.

C'est bon ça !

Bon, je vais avoir du mal à vous sortir un texte aussi sensible que la dernière fois, parce que j'étais un peu bourrée, voyez-vous.

Bon non, j'étais en joie, un peu euphorique.
Et comme les Stones ont pondu des chansons épiques chargés à bloc, ben moi j'ai donné naissance à une prose conçue dans l'amour du Chardonnay ^^.

Blague à part, quand je me suis relue le lendemain, j'me suis dit "Mazette de mazout, tu gagnerais à être alcoolique toi !"

Je continue donc mes pérégrinations (oui j'avoue, j'ai googlé ce mot) en terre berlinoise et punaise, je suis enchantée.

Avec mon homme, on prend carrément nos aises. Je me suis même rendue au Puces de Mauerpark par mes propres moyens. Pas peu fière la bête !

On traîne en permanence à Alexanderplatz (une forme de Halles en fait) et je mange une crêpe Zucker und Zitrone tous les jours.

Et tous les jours la crêpière se fout de mon accent tout pourri.






Chose géniale à Berlin : quand c'est rouge, c'est rouge. Tu traverses PAS !

Malheureux, si tu traverses, on te lance un sort. On l'a fait le premier jour. Y'avait pas une BM sur la route.

Mais NON malheureux ! C'est rouge punaise, z'avez pas vu ?

Quand, c'est vert, l'Allemand trotte gaiement vers l'autre rive. Mais vite, parce que Ampelmann revient déjà au rouge furax.

Alors forcément, on adore et on est devenu vachement policé.

Sinon, l'Allemand, quand il est jeune et fringant (et pas mal du tout ma foi), mâte gentiment, poliment et le sourire aux lèvres.

Ca fait du BIEN partout, ça flatte un peu aussi.







Pour la ville en elle-même, elle est parfaite, mouvante, changeante au prochain coin de rue.

Un immeuble qui a survécu aux bombardements, et est donc tout chargé d'Histoire, est respecté et encadré par deux édifices modernes.

On en a même vu un criblé de ce qui semblait être des impacts de balles. Impressionnant.

Je ne sais pas si c'est la guerre + l'occupation + la division qui ont rendu Berlin et ses habitants humbles, mais ça force le respect.

Quand à l'épiderme de la ville, il est tout tatoué de graffitis, de mini oeuvres d'art (voir la caserne des pompiers de Kreuzberg, entièrement peinte en mode Comics).

Sinon, j'ai toujours pas acheté de fraises...

Tschüss !









This Outfit :
Veste/jacket : American Apparel
Chemise/shirt : H&M (Divided Black), achetée sur place.
Shorts : vintage
Docs : Vintage (Garage, l'une des friperies/vintage les plus cool de Berlin)
Ceinture/belt : vintage (Garage aussi)