Pages

mercredi 31 août 2011

Because the night...




Hello !

Post très rapide, zou !

Pour vous dire que je reviens de Rock en Seine (bon depuis quelques jours, mais tout de même).

Et que c'est toujours aussi extraordinaire, surprenant et désinhibant (ben oui).

Sur le site des Inrocks, vous pouvez avoir un petit récapitulatif des événements, mais bon, je suis pas toujours d'accord.

Je vous prépare un petit résumé pour le prochain post. Promis.

Sinon, Canal a une nouvelle Miss Météo. Très jeune, jolie et dotée d'un nom de famille pas piqué de hannetons (je bosse encore dessus).

J'ai été choquée de la manière dont mademoiselle Solweig (à peine 20 ans, un bébé) a été attaquée dans les médias. Elle aurait été obèse, on aurait crié à la tolérance, au courage et à l'ouverture d'esprit de la maison Canal.

Démagogie quand tu nous tiens...

Cessons de ranger les gens dans des cases selon leurs formes, leur masse corporelle ou leur taille de slip.

On a le corps qu'on a.

Et on se démerde comme on peut avec.

Incroyable aussi la manière dont la femme est la cible privilégiée de ce genre de débats stériles.

Y'a rien à faire, ce genre de sujet passionne. On scrute, on détaille, on commente : "pas assez grosse", "trop grosse", "canon celle-là", "sac d'os celle-ci"

Sans parler du fameux : "une vraie femme a des formes !". Message d'autant plus choquant qu'il sort souvent de la bouche d'une autre femme.

Et laisse les, par déduction, "informes" sur le carreau.

"Merde, il me semble pourtant que je peux porter un chiard en mon sein ! Ca fait pas suffisamment de moi une femme ?"

Mais la nénette de base (nous toutes) a besoin de voir plus "gros" qu'elle, ou plus "moche", ou plus "maigre" de se positionner. D'être rassurée ou de se rassurer.

Si possible en accablant la voisine, tellement plus facile.

Parce que je les ai sondé les mecs, les nénés et les bonnes fesses c'est très bien, mais l'ensemble de la personne leur parle plus. Et ceci qu'elle soit grosse, petite, maigre, plate, pulpeuse...

Mais la femme doit trop flipper comme une malade de ne pas plaire à Jules et c'est parti pour le gros malaise, souvent à vie.



De mon côté, j'ai toujours eu peur d'être trop maigrichonne pour un homme.

Et malgré mes 10 ans passés aux côtés d'un homme un vrai, je continue à me sentir très, très mal avec la gente masculine.

Je me pose direct en mode bonne copine, jamais, jamais en mode femme.

Et au grand jamais, en mode séduction. Je sais pas faire, ou plutôt, j'ai l'impression de ne pas avoir le droit de le faire, d'être ridicule, parce que pas "femme".

Parce que pas dotée d'un décolleté à la Jessica Rabbit, ou des hanches réconfortantes de Bellucci.

Enfin bon, on a tous nos petites névroses, donc ce serait sympa de cesser de les alimenter.

D'avance merci.

See U !





This Outfit :
Blazer : H&M Trend
Skinny : Zara
Chemise/shirt : chînée/thrifted
Derbies : vintage Bally
Sac/bag : vintage Bally